《Lambaréné semble être une ville abandonnée》,dixit Madeleine BERRE.

《Lambaréné semble être une ville abandonnée》,dixit Madeleine BERRE.

Ministre de la république et native de la province du Moyen-Ogooué, particulièrement du département  de l’Ogooué et des Lacs,Madeleine BERRE a convoqué une réunion ce mardi 10 septembre 2019 à la salle Yessi de l’hôtel Nomad,avec les cadres, opérateurs économiques et élus locaux de sa localité pour une séance de travail. 

Il était question d’élaborer une stratégie visant au développement du département de l’Ogooué et des Lacs, mais aussi de la commune de Lambaréné et chef-lieu  de la province. Une démarche participative qui s’inscrit dans le cadre de la visite dans cette province,  du Directeur de cabinet du président de la république,  permettant aux uns et aux autres de mettre en place des idées constructives qui seront par la suite soumises aux conseils départemental et municipale.

Selon Madeleine BERRE, la démarche est utile dans la mesure où elle va apporter des solutions aux manquements enregistrés dans la province et essentiellement à Lambaréné qui semble être une ville abandonnée. 
Que faut-il pour avancée considérable de Lambaréné et du département de l’Ogooué et des Lacs ?

Des idées ont été émises lors de cette réunion. Il s’agit entre autres de créer une gare routière à Lambaréné qui servira d’attraction aux voyageurs allant dans d’autres provinces,une entreprise consacrée à l’aquaculture,réhabilitation de l’hôpital régional Albert Schweitzer,des panneaux solaires,pour ne citer que celles-là.
Vivement que les propositions faites ne tombent pas dans les oreilles des sourds,car le potentiel économique de Lambaréné laisse à désirer. La plupart des secteurs d’activités sont non structurés, l’engouement des jeunes dans l’auto-emploi y est mais cela n’est que dans l’informel. 

Il serait louable pour les autorités de prendre ces propositions en considération car cela va non seulement du bien être des populations, comme le stipule l’un des objectifs de développement durable, mais aussi du développement de la province. 

Laurenne M.

Laisser un commentaire