Secteur aérien: Léon Armel Bounda Balonzi rassure !

Secteur aérien: Léon Armel Bounda Balonzi rassure !

Le 4 août dernier, le ministre en charge du transport, Léon Armel Bounda Balonzi s’est entretenu avec les responsables du secteur aérien, opérateurs, syndicat et régulateur suite à la suspension des certificats de transporteurs aériens de deux opérateurs selon les exigences en terme d’immatriculation des avions en Tango Roméo ( TR), inscrit sur le registre de circulation gabonais.

En effet le processus n’étant pas arrivé à son terme selon le délai requis par l’autorité de régulation l’ANAC s’est donc vu obligé selon les textes règlementaires de suspendre les certificats de transport de ces opérateurs navigants.

Il était donc question aucours de ces échanges d’harmoniser les points de vues des uns et des autres, de trouver des voix et moyens afin de permettre aux compagnies durement frappé par les effets de la pandémie de la covid-19 de reprendre les vols ainsi que de mettre en place dans ce cas des mécanismes de façon à pouvoir maintenir le niveau de sécurité escompté.

Des échanges donc nécessaire et enrichissant sur une réglementation rigide à laquelle on ne peut déroger sauf faire appel à des exemptions pour permettre aux compagnies de redéployer leurs ailes dans le ciel gabonais.

L’autorité de l’aviation civile consciente de cette situation de crise due à la covid-19, compte tout mettre en œuvre pour que ledit secteur puisse redémarrer.

Clouer depuis près de 4 mois au sol, les compagnies ont également sollicité auprès du ministre l’augmentation dun nombre de fréquence de vols des opérateurs nationaux. Dans ce sens, ils ont rassuré le patron du transport que l’ensemble des processus sol et vol ont été revus pour être en conformité avec les standards internationaux dans le cadre de la sécurité et de lutte contre la covid-19.

Actuellement 2% de vols sont réalisés par compagnie soit 100 personnes transportés par semaine contre 400 par jour avant la pandémie covid-19. Il convient donc selon les opérateurs de rééquilibrer la chose et permettre à l’ensemble des provinces d’être desservi à nouveau, l’avions étant également le moyen sûre , efficace et qui permet la traçabilité des personnes dans ce contexte de covid-19. En plus de participer également à la relance de l’économie voulu par les plus hautes autorités.

Au terme de la réunion,  le ministre a renvoyé les différentes parties prenantes à trouver un consensus dans les plus brefs délais en tenant compte de part et d’autres du contexte particulier actuel et du respect des normes sécuritaires en vigueures. Tout en rassurant les opérateurs de la prise en compte de leurs griefs sur la problématique des fréquences de vols en vue de relancer le secteur aérien.

Éthan de Sillon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *