Gabon-Eco Vert : Des condamnations peu favorable à la protection de la Faune !

Gabon-Eco Vert : Des condamnations peu favorable à la protection de la Faune !

Reconnus coupable de nombreux chefs d’accusation, plusieurs trafiquants ont été condamnés à des peines de deux ans de prison, dont un an avec sursis.

D’abord, Norbert NDZANG MINDZEME et Jean Paulin EMANE AKONO. Ces personnes interpellé le 30 septembre 2019 et le 06 octobre 2019 en possession de six pointes d’ivoire à Oyem avaient été déférés au parquet du tribunal spécial de Libreville.
L’affaire ayant été renvoyé pour le 14 août 2020, le Procureur avait requis une condamnation de cinq ans d’emprisonnement ferme et 5.000.000 FCFA d’amende, accompagné d’une amende de 16.000.000 FCFA de dommages et intérêts, par l’avocat des Eaux et Forêts.

Reconnus coupable du délit de détention et de complicité de tentative de vente d’ivoire lors du délibéré de l’audience du 21 août, ces prévenus ont été condamné à deux ans de prison p dont un an de sursis et 2.000.000 FCFA à titre de dommages et intérêts.

Jean Paulin EMANE AKONO a été condamné quant à lui à trois 3 ans de prison dont un avec sursis et 5.000.000 FCFA au titre de dommages et intérêts.

Puis, deux autres trafiquants, Idriss TIDJANI et Alemand MAKAYA interpellé dans le Sud du Gabon, à Tchibanga, dans la province de la Nyanga. Ces deux prévenus ont été pris en possession de quatre pointes d’éléphants et de 16 dents d’hippopotames.

Passé en audiance de plaidorie, le 7 juillet 2020, une peine de trois ans de prison ferme, ajouté à une amende de 1.000.000 FCFA avait été requis par le Procureur.

Or, l’avocat du ministère avait demandé 10.000.000 FCFA de dommages et intérêts au Eaux et Forêts. Le 14 août 2020, ces individus ont été reconnus coupable du délit de détention et de tentative de vente d’ivoire,trophée d’une espèce totalement protégée, ainsi que de complicité de tentative de vente d’ivoire.

Sauf que le verdict prononcé à l’encontre de ces deux prévenus est une peine d’emprisonnement de deux ans dont 1 avec sursis et une amende de 1.100.000 FCFA et 3.000.000 FCFA à titre de dommages et intérêts au profit de l’administration des Eaux et Forêts.

Enfin, ce fut Abdoulaye GUETIKILA, Golsman MONDJO et Jeanne KOUMBA, qui ont été interpellé le 13 juillet 2020 à Mouila, en possession de 4 pointes d’ivoire qu’ils tentaient de vendre.

Jugé pour détention et tentative de vente d’ivoire, ces derniers ont été condamnés à deux ans d’emprisonnement dont un an avec sursis, ainsi qu’un montant de 1.467.000 FCFA d’amende et 3.000.000 FCFA en guise de dommages et intérêts au profil de l’admnistration des Eaux et Forêts.

Au vu de la recrudescence de ce fléau, ces condamnations se perçoivent comme étant minime et peu favorable à l’érradiquation, ou à défaut, à la stagnation de ces délits. Ces sanctions ne sont, aux yeux des défenseurs de l’environnement, pas assez lourdes pour dissuader les trafiquants à reprendre leur activité illicite.

Pire encore nous apprend-on que des récidivistes sont souvent officieusement relâcher après quelques mois pour reprendre leur activité illicite nous apprend on.

Toute chose que les autorités compétentes devraient regarder de plus près pour que soit respecté et appliqué les résolutions prises par notre pays en matière d’espèces protégées.

Clemy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *