Jean Marie Ogandaga auditionné au Sénat !

Jean Marie Ogandaga auditionné au Sénat !

Ce Jeudi 25 juin 2020, les vénérables sénateurs ont entendu Jean Marie Ogandaga, ministre de l’économie et des Finances autour des sujets portant sur la suppression de certains établissements publics notamment l’Agence nationale de promotion artistique et culturelle (ANPAC), le Centre gabonais de promotion touristique (GABONTOUR), le Comité de privatisation, le Fonds forestier, le Fonds national pour le développement du sport et la loi d’emprunt de 8,3 millions de dollars auprès de la Banque mondiale ainsi que le projet de loi de finances rectificative 2020.

S’agissant du projet de loi de finances rectificative pour 2020, il prévoit

Sur des hypothèses prudentes, un maintien de la production pétrolière à 10,4 millions de tonnes métriques ; une chute du prix du baril du pétrole gabonais à 30 USD contre 57 USD dans la Loi des Finances Initiale (LFI) (une hypothèse prudente, le baril étant remonté depuis au dessus des 40 USD) ; une baisse de 15,3 % par rapport à la LFI, des exportations de manganèse à 5,985 millions de tonnes métriques au lieu de 7,069 millions de tonnes métriques ; un prix de vente de la tonne de manganèse en moyenne de 147,3 USD contre 204,1 USD dans la LFI, soit une baisse de 27,8 % ; ou encore un taux de change du dollar stabilisé à 585 FCFA .

Le budget est donc équilibré en ressources et en charges à 3.047,1 milliards de FCFA contre 3.330,7 milliards de FCFA dans la Loi de Finances Initiale, soit une baisse de 9% correspondant à 283,6 milliards de FCFA .

Il prévoit ainsi un niveau de dépenses d’investissement (hors recettes affectées) de 380 milliards de FCFA contre 513,2 milliards de FCFA dans la LFI, soit une baisse de 26% correspondant à 133,2 milliards de FCFA.

Des textes bien sure recemment examinés , revus pour l’un d’entre  eux puis adoptés  par l’assemblée nationale.

Jean 1er

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *