Les activistes et les réseaux sociaux : le grand malaise !

Les activistes et les réseaux sociaux : le grand malaise !

Un pesant malaise et une grande inquiétude se pose quant à l’utilisation des réseaux sociaux par les activistes multipliant ainsi des dérives. Accusations sans fondements, diffamations , invectives et injures de toutes sortes visant de plus en plus des dépositaires de l’autorité de l’état. Et confronte le gouvernement dans sa politique pour le développement du pays.

Si elle se pratique dans toutes les nations démocratiques soient elles ou non, la diffamation dans les réseaux sociaux prend des proportions inquiétantes dans notre pays. Plusieurs personnalités ont été victimes et ne peuvent dire le contraire. Mais ce n’est pas aujourd’hui que cela compte s’arrêter.

Et voilà qu’un activiste manipulé par une main tapis dans l’ombre nous serre maintenant une version invraisemblable d’accusations infondées. Notamment sur un prétendu détournement des fonds de la Redevance Audiovisuelle et Cinématographique ( RAC) par le patron de la communication. A en croire son auteur, wilfried Okoumba le ministre en charge de la communication aurait dans ce cadre distribué des subsides à une certaine presse privée.

Ouf, quelle aberration..La Redevance audiovisuelle et cinématographique (RAC) n’a rien à avoir avec le soutien apporté aux différents groupes de presse privée par le gouvernement au travers de la subvention. La RAC est régulièrement perçue par les entreprises de communication audiovisuelle publiques éligibles en même temps qu’elle est répartie selon un arrêté et régulièrement contrôlée par les partenaires sociaux du secteur.

Comment comprendre que les concernés, eux- mêmes, ne laissent percevoir aucun mécontentement et que ce soit, lui, Wilfrid Okoumba que cela préoccupe jusqu’à se permettre de pointer un doigt accusateur sur le membre du gouvernement dont on connait l’exemplarité ?

Edgard Anicet Mboumbou Miyakou est plus pragmatique et rigoureux dans la gestion humaine et des Finances qu’encré dans les débats de bas étages. Pour lui l’heure est aux actions fortes à poser afin de mener à terme les missions que lui a confié le président de la République au travers du chef du gouvernement. Le reste ne l’intéresse peu.

Dans ce cadre certains dossiers sont en étude sur sa table de travail et d’autres ont déjà abouti. A commencé par la redistribution de la subvention de l’état aux médias privés qui aujourd’hui se fait dans les règles avec la participation des représentants des entreprises de presses. Et ceux du partage de la redevance Audiovisuelle ( RAC ), laquelle est repartie à base d’une clé selon un arrêté pris par ledit ministre afin de permettre aux médias et institutions cinématographiques publiques de produire d’avantage.

Il est temps que la diffamation, les fausses accusations laissent place à l’essentiel. Le temps des coups bas est passé, l’aiguille a tourné et aujourd’hui les commanditaire sont à découvert. On y croit, Ali Bongo mettra les choses à leur place.

Depuis longtemps qu’il essuie la haine, que ses meilleurs collaborateurs encaisse les coups. Qu’il est trahi par les uns , par certains de ses plus proches collaborateurs , une fois pour toute il mettra de l’ordre pour se retrouver avec des personnes vraies.

Alors qu’il se sursure un remaniement ministériel , que dire de ces écrits de wilfrid Okoumba qui reflètent une rancune tenace avec des ambitions mesquines. Personne ne saurait être accusé hormis ceux qui dégradent la politique du chef de l’état et gaspillent toutes les meilleures intentions.

C’est donc dire pour accompagner le chef de l’Etat, il est d’autres propos porteurs de sens. Insuffler Cette adhésion dont le pays a tant de besoin pour son département. Pour notre bien, pour le bien de notre progéniture.

Éthan de Sillon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *