Echange entre la Direction Générale du Commerce et les acteurs économiques du secteur privé !

Echange entre la Direction Générale du Commerce et les acteurs économiques du secteur privé !

La compétitivité du secteur privé dans les échanges commerciaux intra africain dans le marché de la ZLECAf donnait le ton à ce rendez-vous. Invité par la direction générale du commerce sur instruction du ministre de tutelle, Hugues Mbadinga Madiya, L’objectif de cette séance de travail portait sur l’agenda de la ZLECAf en fin 2020 et debut 2021.

L’un des temps forts de cette rencontre a sans conteste été la série question réponse que le directeur général du commerce a eu avec le secteur privé. Il en sort de cela un plan d’engagement.

 » La première série d’engagements concerne cinq secteurs prioritaires. Il s’agit notamment des services fournis aux entreprises ; des services de communication et des TIC, des services financiers ; des services relatifs au tourisme et aux voyages et des services de transport  » à expliqué le directeur général du commerce, Jean François YANDA

En réponse immédiate à d’autres préoccupations exprimées, Jean François Yanda , donne le ton « les modalités de négociation sur le commerce des services sont basées sur le principe de la libéralisation progressive sur la base des principes d’équité, d’équilibre et d’avantages mutuels, en éliminant les barrières au commerce des services combinant une élaboration de listes d’engagements spécifiques de type Accord général sur le commerce des services de l’Organisation mondiale du commerce (AGCS) », a-t-il dit.

Occasion pour lui également de rappeler que « cette exigence continentale s’inscrit en perspective de la réunion des chefs d’État prévue pour se tenir en décembre 2020 ». Il est par ailleurs à noter que chaque pays devra tenir compte des régimes existants, choisir de manière consensuelle les secteurs de services à libéraliser et enfin, élaborer les offres et demandes exprimées.

Et d’ajouter, « Les négociations sur le commerce des services ont pour objectifs de renforcer la compétitivité des services grâce aux économies d’échelle, à la réduction des coûts des affaires, à l’amélioration de l’accès au marché continental ; de favoriser les investissements nationaux et étrangers ; d’accélérer les efforts de développement industriel pour promouvoir le développement des chaînes de valeur régionales ; et de promouvoir la recherche et le progrès technologique dans le domaine des services afin d’accélérer le développement économique et social ».

En faveur de la préparation du Gabon à la mise en oeuvre de la ZLECAf le Ministère du Commerce a mené un certain nombre d’actions notamment.

– La signature de l’arrêté ministériel portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Comité national de la ZLECAf;

– La désignation des points focaux et points de contacts aux institutions de mise en œuvre de la ZLECAF ;
– L’organisation d’un atelier national sur le commerce des services ;
-La participation aux négociations dans les groupes de travail techniques,au forum des négociateurs en chef,au forum.des hauts fonctionnaires et au forum des ministres africains du Commerce.
– L’organisation du Forum national d’information et de sensibilisation sur la ZLECAF.

Toutefois, d’autres actions urgentes restent à être posées dans le cadre du démarrage des échanges. En plus de l’opérationnalisation du Comité National par le lancement des travaux dudit Comité, il s’agira pour le commerce des services de :

– Elaborer les listes d’engagement spécifiques du Gabon sur les services prioritaires (services financiers, communication, transport, tourisme et voyage, services fournis aux entreprises) tels que définis par les Chefs d’états et de Gouvernements ;
– Mener une étude sur l’évaluation des services potentiels pour identification des services à forte valeur ajoutée et se positionner sur le marché continental ;
– Mettre en place une stratégie nationale sur le développement du commerce des services pour matérialiser le pilier Gabon des services du Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE) ;

– Redéfinir le cadre réglementaire national en vue de son adaptation aux évolutions consécutives à l’entrée en vigueur de l’Accord de la ZLECAf et de sa mise en œuvre.
Le Gabon est sans conteste engagé et résolument déterminé à poursuivre le processus de mise en œuvre de l’opérationnalisation de la ZLECAf et des autres programmes et plans de l’agenda 2063.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *