CNLCEI: le Procureur Général près la Cour de Cassation et le Premier Président de la Cour de Cassation appellent à la fin de l’impunité!

C’est au cours d’une audience solennelle, au Palais de justice de Libreville, que la Cour de Cassation recevait le serment de Nestor Mbou et de ses membres, que composent la Commission Nationale de Lutte contre la corruption, pour le compte de la 4ème mandature depuis sa création en 2003.

Conformément à la loi N°003/2003 du 07 mai 2003 portant création, organisation et fonctionnement de la Commission Nationale de Lutte contre l’Enrichissement, les membres, ont effectivement , avant leur entrée en fonction, prêté serment devant la Cour de Cassation , selon la formule suivante :

« Je jure de servir l’État avec fidélité , de remplir avec probité les fonctions qui me sont confiées, d’observer le respect de la confidentialité des déclarations de biens et de me conformer aux lois et règlements en vigueur notamment ceux en rapport avec la lutte contre l’enrichissement illicite ».

Dans ses réquisitions, Marie Mbanza-Bagny , Procureur Général près la Cour de Cassation, a relevé : « Nous nous connaissons et nous vos collègues vous saurons gré de donner à cet instrument de lutte contre le pillage des finances publiques qui sont devenus un sport-roi pour certains compatriotes, ses lettres de noblesse ».

Le Procureur Général  a donc tenu à rappeler à la nouvelle équipe le dossier brulant du moment« Justement, au moment où vous aller entrer dans l’exercice de vos fonctions, notre pays, déjà très secoué par la crise économique, vit un nouveau scandale financier baptisé le « KEVAZINGOGATE ».

Marie Mbanza-Bagny a exhorté l’équipe de la CNLCEI d’ « affirmer avec fermeté et détermination le principe de la fin de l’impunité de l’enrichissement illicite qui est une gangrène au sein de toutes nos administrations , qui freine sérieusement le développement de notre pays ».

Face à la « criminalité économique qui prend de l’ampleur », madame le Procureur Général près la Cour de Cassation, a aussi noté , à l’endroit de la Commission, que le « peuple doute encore de votre efficacité malgré l’age de votre institution qui totalise 16 ans, cependant vous êtes toujours un espoir », non sans insister : « Mon message ne vous invite pas à une chasse aux sorcières mais à une prise de conscience du mal que l’enrichissement illicite cause à notre pays ».

En dépit des « opinions tendancieuses ne reposant sur aucun fait avéré », et de « surcroît à la décharge des équipes qui ont animé votre institution a prolongé, pour sa part, le Premier Président de la Cour de Cassation , Jean Jacques Oyono ; sa juridiction « peut même affirmer avec certitude que leurs missions ont été effectuées et les rapports ont été établis et adressés à qui de droit de manière constante et régulière. Les suites à donner à ces initiatives sur le terrain échappant à la compétence des membres de la Commission ».

Sur l’importance du serment des membres de la CNLCEI, selon le Haut Magistrat, il est question de déclarer devant la « Nation toute entière votre totale et personnelle implication à assumer le rôle de gendarmes et de combattants de la fraude, de la corruption, des abus de pouvoir et de toutes formes de dérives dont sont susceptibles de se rendre coupables les dépositaires de l’autorité de l’État ( …) afin que le Gabon mérite toujours mieux le qualificatif d’État de droit  » ».

Nommés par décret N°00049/PR du 13 mai 2019, pour une durée de cinq (05) non renouvelable, les nouveaux membres de la CNLCEI « disposent pour leur enquête des mêmes prérogatives et des mêmes moyens d’investigation que les Officiers de Police Judiciaire (OPJ) et les agents des administrations douanières et fiscales ».

La rédaction/source CNLCEI.

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *