Centre social d’Akebe : le quotidien des habitants au cœur des préoccupations de l’hôtel de ville !

Centre social d’Akebe : le quotidien des habitants au cœur des préoccupations de l’hôtel de ville !

Sur instruction du maire de Libreville, l’inspecteur général municipal, Max Florent Ndong s’est rendu au centre social des handicapés d’Akebe. Souvent oublié, il est venu les écouter. En Somme leur redonner confiance. Leur redonner espoir. Pour l’hôtel de ville, il faut les amener vers un meilleur quotidien.

Le commun des mortels imaginaient sans doute une visite axée sur le politique. Max Florent Ndong, l’envoyé du maire de Libreville a du les surprendre.

Cette rencontre avec la communauté handicapée du centre social d’Akebe été placée sous un éclairage essentiellement social.

Le président de la République en a fait l’un de ses principaux axes de stratégie. Et l’édile de Libreville entend le relayer de façon concrète.

Sur les lieux, premier constat et non le moindre, la délégation conduite par l’inspecteur général municipal constate de visu des fissures qui relèvent la question de l’affaissement du bâtiment abritant les logements de cette communauté.

Dans ce sens, Max Florent Ndong entend rendre compte fidèlement à Eugène Mba afin de plancher de façon optimale sur la question et trouver des solutions concrètes y relatives.

Cette implication ne s’est pas limitée aux seules expertises en bâtiment. Dans ce même temps, une stratégie adaptée à la réalité pour la fourniture en eau potable dans ce centre a été dégagée. Des réflexions qui génèrent l’action avec un impact direct sur les conditions de vie de ces citoyens. Pour dire simple au nom du maire de Libreville, l’IGM s’est engagé à réalimenter en eau ledit centre dans les meilleurs délais. Des choses concrètes là encore.

C’est dire si la question du don de l’hôtel de ville au centre a été évoquée, il ressort que les réseaux sociaux ont dissimulé la réalité. Un problème de compréhension, et le porte-parole du centre s’en est excusé.

Enfin des demandes d’aides concernant l’emploi et le financement des activités génératrices de revenus ont également été soumis. Plutôt que de recevoir du poisson, apprenons à pêcher.

Quand la mairie de Libreville et les habitants du centre social d’Akebe ont décidé de se faire confiance, nécessairement que les choses avancent.

Clemy

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *