Gabon: Le plan d’accélération de la transformation de l’économie gabonaise nécessite 3000 milliards de francs

Gabon: Le plan d’accélération de la transformation de l’économie gabonaise nécessite 3000 milliards de francs

Il va falloir 3000 milliards de francs CFA et 3 ans pour le plan d’accélération de la transformation de l’économie gabonaise (PAT).

Le pays financera le plan à hauteur 33%, soit 990 milliards issus de ses fonds propres et 67% soit 2010 milliards par des ressources extérieurs qui sont des emprunts déjà contractés et d’autres à rechercher, des mécanismes innovants de financement tels qui des partenariats publics-privés (PPP) et le secteur privé. Une information qui inquiète nombreux des gabonais qui craignent un surendettement de l’Etat.

Le 9 juillet dernier, le ministre de l’économie a présenté à la télévision le plan (2021-2023) qu’annonçait Ali Bongo en janvier 2021. « Il est question de faire en sorte que les secteurs hors pétrole puissent réellement prendre le pas sur le secteur pétrolier pour nous permettre d’être beaucoup plus efficace, beaucoup résilients », annonce Nicole Roboty Mbou.

Afin de faire face à la crise issue de la baisse du cout du baril de pétrole, le Gabon, à travers le plan d’accélération de transformation de l’économie (PAT) couvrant la période 2021-2023 relance l’économie et rétablit les grands équilibres macroéconomiques. « L’heure est à la reprise » dit le ministre de l’économie.

Lors de l’émission « Face à vous » du 9 juillet 2021, le ministre précise que l’économie gabonaise reprend avec un niveau de croissance de 1,5%. Le niveau souhaité est de 2% sinon plus d’ici la fin de l’année. Le PAT repose sur 3 piliers qui ont montré des domaines d’accélération nécessaires à cet effet. D’abord le secteur agricole, celui des mines avec le manganèse et celui de l’économie forestière. « Aujourd’hui, nous avons besoin d’accélérer la transformation parce que nous nous rendons compte qu’avec les deux chocs que nous avons eus, nous avons une économie qui n’est pas encore suffisamment robuste » dit le ministre.
Pour mener à bien le PAT, il sera évalué chaque trimestre sur la base des taks forces mises en place dans les différents pivots. « Il faut laisser au PAT le temps de s’implémenter ». Pour le ministre, les premiers résultats du PAT seront visibles d’ici la fin du premier semestre 2021. « Sur 3 ans, nous devons atteindre les niveaux de croissance de plus de 5% » « pendant les crises, nous «étions déjà à des taux de 3% donc nous devons aller au-delà pour permettre que cette richesse soit plus inclusive et surtout durable. »
Dès lors, le gouvernement s’attelle à permettre au PAT de fonctionner pleinement afin d’accélérer le processus de transformation du relais du pétrole. Le ministre assure qu’il n’y a pas de risque de surendettement avec 33% de financement propre et 67% d’emprunt.

Bétinice Mouss.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *