Retour sur la rencontre entre le ministre des travaux publics, Léon Armel Bounda Balonzi et le representant de la BAD!

Retour sur la rencontre entre le ministre des travaux publics, Léon Armel Bounda Balonzi et le representant de la BAD!

Cette séance de travail au cabinet du ministre des travaux publics, du 30 décembre, le dernier lundi de l’année 2019 a été placé sous un éclairage essentiellement basé sur les infrastructures routières. Nouvelle impulsion donc cette fin d’année. D’ici à 6 mois les travaux des voiries de Libreville, Akanda, Owendo et d’autres routes pourrons voir le jour grâce au programme passig qui lie le Gabon et la Banque africaine de développement.

Pour le membre du gouvernement, << ce programme passig dont l’accord de prêt a été accordé par le conseil d’administration de la BAD vient à point nommé pour résoudre l’épineux problème de la route dans notre pays. Dans ce programme nous avons un portefeuille important d’étude. Pour qu’à l’arrivée d’autres bailleurs nous ayons des projets prêt. D’autre part, nous avons l’État de voiries et le développement d’un corridor entre le Congo et Libreville à régler >> a t-il dit

L’intérêt ici était de mettre en place un planning en vue d’attaquer dans le fond les problèmes des routes dans notre pays.

Selon, Edjodjom’ondo Jean Félix, représentant de la BAD par intérim << Il y’a 5 jours que la banque a approuvé un prêt de 97 milliards pour refaire les voiries de Libreville, Akanda, Owendo. Il y’a également une opportunité de financement à base des études sur ce volet pour une deuxième phase afin de faire Makokou/ Okondja, et des zones telles que Djole, Medouma et le sud du Gabon notamment Ndende , Doussala. C’est un Corridor qui permettra au Gabon d’être lié au Congo et accentuera les échanges économiques entre Libreville et Brazzaville >>.

Les travaux sont prévus démarré dans  6 mois si toutes les conditions sont réunies. Reste qu’attendre pour le décaissement, l’ouverture d’un compte spécial et la mise en place d’une commission de gestion dudit projet.

Clemy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *